ROADTRIP DANS NULLARBOR

PREMIER ROAD-TRIP EN AUSTRALIE

Démarches administratives de notre arrivée dans le pays : réglées. Compte en banque : ouvert. Ligne téléphonique : activée. Van : acheté. Itinéraire du premier itinéraire : planifié. Nous partirons donc de la ville d’Albany située dans le sud du Western Australia et finirons notre route à Adélaïde, la capitale du South Australia. Maintenant, il n’y a plus qu’à !

Après avoir fait le plein d’essence et de nourriture, il est temps de s’élancer sur la route. Et  pas n’importe laquelle : la Eyre Highway. Il s’agit de la seule et unique route reliant les deux États précédemment cités. Regardez en bas, au milieu de la carte. C’est bien là où aucune ville n’apparaît ! En effet, 2 000 kilomètres en de traversée nous attendent, dont plus de la moitié dans le désert de Nullarbor Plain, avant de rejoindre Adélaïde. Il nous faudra six jours, beaucoup de boîtes de conserve et une dizaine de pleins d’essence pour arriver à destination. Bien que la route ait été longue, voire même très longue, elle restera gravée dans nos mémoires. Entre les paysages désertiques, les nombreux kangourous sur le bord de la route, les rapaces dans le ciel, les roadtrains qui font trembler notre van à leur passage et les voitures abandonnées sur le bas côté… Nous avons profité du paysage !

NULLARBOR OU NULLARBORING?

Avant d’arriver sur la Eyre Highway, nous avions déjà roulé deux jours en faisant un stop dans la ville d’Espérance, puis sur la sublime plage de Lucky Bay. Nous approchons donc de la plaine de Nullarbor. 

En latin nullus arbor signifie sans arbre. En effet, il s’agit d’une région très aride. Fini la civilisation, bonjour les petits buissons. Dès le départ, la couleur est annoncée sur cet énorme panneau de signalisation : 146,6 kilomètres de ligne droite nous attendent. Pas besoin de tourner son volant, c’est droit devant ! Et si seulement nous avions été prévenus qu’il en était de même pour les 2 000 kilomètres suivants.

Sur la route, plusieurs villes sont indiquées, chacune espacée à pas moins d’une centaine de kilomètres de l’autre. Surpris, nous ne pensions pas en traverser pendant plusieurs jours. Finalement, c’est en arrivant dans la première que nous comprenons tout de suite qu’il s’agit seulement de stations essence et de road-house (des môtels, souvent réservés aux routiers). Nous nous y arrêtons alors à chaque fois pour faire le plein ; mieux vaut être trop prudent que pas assez. Comment indiquer notre position en cas de panne, au milieu de nulle part ? Heureusement, nous n’avons pas eu à le savoir. Vanette en a sous le capot !

La road-house de Nullarbor a été l’attraction de notre trajet. Vintage à souhait comme droit sortie d’un décor de cinéma, il a été dur d’en détacher ses yeux (et son appareil photo !).

Petite pause toilettes avant de repartir, lorsque j’entends de l’eau couler… Je m’approche du bruit discrètement. Mais, ne serait-ce pas… des douches chaudes ET gratuites ?

Sans attendre une minute de plus, nous voilà tous deux serviette autour de la taille, gel douche et shampoing en main, brosse à dents à la bouche, courant vers les cabines. Il ne manque plus que la musique de Rocky Balboa pour nous accompagner dans cette victoire. Pas de temps à perdre, nous rêvons de ce moment depuis trois jours ! Et oui, c’est aussi ça la vie de backpackers finalement : trouver son bonheur là où on n’aurait jamais osé mettre les pieds avant.

NOTRE PLUS BEAU FREECAMP

Nous ne sommes plus qu’à 400 kilomètres d’Adélaïde et en avons fini avec le désert. Quoique. Plus de plaines désertiques aux alentours certes, mais cette fois des champs à perte de vue. La route paraîtra tout de même moins longue car nous savons ce qui nous attend au bout : Flinders Ranges. Il s’agit de la plus grande chaîne de montagnes du sud de l’Australie, qui débute dans la petite ville de Hawker. C’est d’ailleurs là que nous allons passer la nuit. Nous avons trouvé un petit freecamp au bord de la route. Il ne paye pas de mine au premier abord, mais il nous a finalement offert une vue et des couleurs incroyables lors du coucher de soleil. Nous étions seuls face à l’immensité des terres, bercés par la douce lumière orange de fin de journée, sans aucun bruit aux alentours. Un vrai régal ! Et surtout, un des plus beaux spots visités.

Après un réveil en douceur face au paysage dont les couleurs étaient tout aussi différentes que belles de celles du coucher, nous enfilons nos baskets direction le parc national de Ikara-Flinders Ranges. Malheureusement, l’employé que nous rencontrons à l’accueil nous annonce dans un terrible accent australien, que beaucoup de chemins de randonnées sont fermés pour causes de fortes chaleurs. Il fait effectivement très chaud, c’est une première depuis notre arrivée ! Après avoir chargé nos sacs à dos de gourdes s d’eau et de crème solaire, nous nous élançons sur un trail de 3 heures, prêts à transpirer. Nous passerons une seconde et dernière nuit à Hawker, séduit par le spectacle du ciel de la veille, et finirons la route vers Adélaïde le lendemain. 

Merci de m’avoir lue 👋🏻🧡

Et vous, vous souvenez-vous de votre premier road-trip ? Où était-ce ?

Dites-m'en plus en commentaire

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.